Les prix de la viande rouge continueront de semballer aprs lt en Amrique du Nord, selon le Service des tudes conomiques de BMO

MONTREAL, QUEBEC et CHICAGO, ILLINOIS–(Marketwired – 31 juillet 2014) – Le prix de la viande rouge en picerie a cr en raison des prix forts du boeuf et du porc, et bien qu’il ne doive pas s’attendre une baisse de prix pour la saison des BBQ, le consommateur pourrait commencer profiter d’un certain allgement des prix plus tard cette anne, selon un nouveau rapport du Service des tudes conomiques de BMO.

“Les prix agricoles du porc se sont maintenus 85 $ US le quintal en moyenne, entre avril et juin, en hausse de prs de 24 pour cent par rapport la mme priode l’an dernier”, a rvl Aaron Goertzen, conomiste, BMO Marchs des capitaux. “Pendant ce temps, les prix du boeuf atteignaient en moyenne 146 $ le quintal au cours de la mme priode, soit prs de 18 pour cent de plus que l’an dernier. Aprs rajustement en fonction de l’inflation, les prix du porc se situent actuellement leur niveau le plus lev depuis le milieu des annes 1990, tandis que ceux du boeuf n’ont jamais t aussi levs depuis le dbut des annes 1980”.

Gestion de l’offre

M. Goertzen a fait observer qu’une particularit de l’industrie du btail veut, que pour accrotre l’offre, les producteurs doivent d’abord la restreindre pour permettre l’levage des animaux. “Une grande part de la flambe des prix du btail dcoule de cette dynamique de reconstitution des cheptels. Pendant ce temps, l’expansion du troupeau de porc a souffert de l’avnement du virus de la diarrhe pidmique porcine l’an dernier, une maladie que l’on estime aujourd’hui avoir tu environ sept millions de porcelets.

“Cette conjoncture a entran une hausse substantielle des prix de la viande rouge dans les supermarchs”, a conclu M. Goertzen. “Aux Etats-Unis, les prix la consommation du boeuf et du porc ont connu des hausses annuelles de 10,4 pour cent et de 12 pour cent, respectivement, en juin, clipsant le taux d’inflation global de 2,4 pour cent de l’alimentation. Mais les consommateurs ne sont pas les seuls coper : les transformateurs alimentaires, les magasins d’alimentation et l’industrie de la restauration ont vu leurs marges soumises de fortes pressions en raison de l’augmentation des prix de gros de la viande. Les leveurs de porc et de boeuf, par contre, profitent d’une reprise tant attendue de leur rentabilit aprs plusieurs annes extrmement difficiles”.

“La hausse rcente des prix de la viande rouge, bien que moins bien accueillie par le consommateur, a donn un solide coup de main aux entreprises agricoles”, a dclar Sam Miller, directeur gnral et chef, Agriculture, BMO Harris Bank. “Cet t, l’activit conomique a palli certaines incidences ngatives de la scheresse qui a menac le btail et les rcoltes dans les plaines plus tt cette anne, alors que la maladie continuait d’affliger les producteurs de porc, poussant les prix la hausse”.

Prix en forte augmentation au Canada

M. Goertzen a signal que les prix de la viande rouge ont cr plus abruptement au Canada qu’aux E.-U., les prix du porc ayant augment de 16,6 pour cent et ceux du boeuf de 12,8 pour cent annuellement en juin. La hausse globale des prix des aliments n’a t que de 2,9 pour cent depuis un an. La dprciation annuelle de cinq pour cent du dollar canadien en juin est probablement la principale raison qui explique la hausse plus marque des prix au Canada.

“L’augmentation des prix de la viande rouge cotera probablement plus de 100 $ par anne au mnage canadien moyen”, a poursuivi M. Goertzen.

“Les secteurs du btail et de la viande rouge comptent parmi les principaux moteurs de l’conomie canadienne”, rappelle Andrew Bowman, directeur national, Agriculture, BMO Banque de Montral. “La priode de rentabilit actuelle permettra aux agriculteurs d’investir dans leur entreprise en acqurant de nouveaux quipements et installations. Ce rinvestissement alimentera la croissance de l’industrie canadienne de la viande rouge, mais galement des communauts rurales d’un ocan l’autre”.

Allgement des prix

Le rapport stipule qu’un flchissement des prix dcoulant d’une hausse de l’offre est prvoir, mais qu’il n’est pas encore nos portes. “Dans le secteur du porc, nous attendons une reprise du taux d’abattage la fin de 2014”, a dclar M. Goertzen. “L’augmentation de l’offre devrait indure une pression stable la baisse des prix au cours de la seconde moiti de 2014, alors que la demande saisonnire commencera flchir. Les prix la consommation du porc devraient leur emboter le pas, avec un faible retard probable. Par contre, les prix des bovins et du boeuf demeureront plus levs plus longtemps, principalement en raison du plus long cycle de production de l’industrie. Si on prsume que les leveurs de bovins entreprennent la reproduction de leur cheptel au tournant de l’anne, il est peu probable que l’offre augmente substantiellement avant la fin de 2015 au mieux”.

On peut tlcharger la version anglaise du rapport sur le site : bmocm.com/economics

A propos de BMO Groupe financier

Fond en 1817 sous le nom de Banque de Montral, BMO Groupe financier est un fournisseur de services financiers hautement diversifis ayant son sige en Amrique du Nord. BMO offre plus de 12 millions de clients une vaste gamme de produits et de services dans les domaines des services bancaires de dtail, de la gestion de patrimoine et des services de banque d’affaires. Au 30 avril 2014, l’actif total de BMO Groupe financier s’levait 582 milliards de dollars et son effectif comptait plus de 45 500 employs.

Coordonnes:

Relations avec les mdias :

Valrie Doucet, Montral

514-877-8224

Internet :

bmo.com